L’exemple viendra t-il du Sénégal ?

Des étudiants sénégalais affrontent les forces de l'ordre le 1er février 2012 à Dakar

A l’instar des congolais de la RDC, les sénégalais sont rentrés dans une longue phase de contestation face à un pouvoir manipulateur des lois constitutionnelles.
Le président Aboudlay Wade 86 ans, va donc être candidat à sa propre succession. En effet, la cour suprême sénégalaise a de validé sa candidature. Mais alors, vous vous demandez surement pourquoi les sénégalais sont dans les rues et font aujourd’hui face à la police?

Le contexte

Il y a un président contesté, âgé, s’accrochant au pouvoir, et cela malgré les 12 années passées à la tête du Sénégal. Il fait changer la constitution pour lui permettre de se présenter. Son argument principal: la loi n’est pas rétro-active ». Il se dit être le seul rédacteur de la nouvelle constitution, et rejette les avis des juristes sénégalais affirmant sa candidature anticonstitutionnelle.
Voici ce qu’il répondait à Dakaractu.com:
Aux termes des articles 27 et 104 de cette Constitution, vous ne pouvez plus, après deux mandats, en briguer un autre…
« Cet article 27, c’est moi qui l’ai rédigé. Sa nouvelle version date de 2008 et dit que le président est élu pour un mandat de 7 ans renouvelable une fois. J’ai été élu en 2000 sur la base de la Loi fondamentale de 1963. Après mon élection, j’ai fait adopter une nouvelle Constitution. Tout le monde sait que la loi régit le présent et l’avenir mais ne rétroagit pas. C’est un principe général de droit. Depuis que l’article 27 instituant le septennat a été adopté en 2008, il n’y a pas eu d’élection. Mon premier mandat sous l’empire de ce nouveau texte est celui qui démarre en 2012. Je peux même légalement me présenter pour une autre fois en 2019. Les juristes sérieux le savent et l’ont écrit.  »

Mais la rue sénégalaise ne l’entend pas de cette oreille. Les manifestations et autres contestations ont vite fait leurs apparitions. Les échanges entre les jeunes manifestants et la police auraient déjà fait plusieurs bléssés et des morts dans le camps de l’opposition.

Une différence avec la RDC

Comme pour la RDC, le peuple a déjà fait son choix avant même la tenue des élections. Et, comme pour la RDC, le président sortant est désavoué malgré les grand travaux (routes, monuments, aéroport, transports, bâtiments ). Mais la comparaison s’arrête là. En effet, quand pour un pays (RDC) la communauté internationale joue la sourde oreille et faire les yeux sur une tricherie qu’avérée, pour l’autre (Sénégal) la situation est tout à fait autre avec, des messages claires de la part des différents pays, dont les USA avec leur secrétariat d’État, et tout récemment d’Alain Jupé le ministre des affaires étranger français, qui demandent tous à Mr Wade de « céder la place à la prochaine génération« .

Là ou la différence est plus forte, c’est sur le sens politique qu’a la rue sénégalaise. Rien à voir avec la RDC qui a conduit ses enfants à ne plus savoir faire la différence entre un débat politique et un autre sur qui est le meilleur chanteur ou sapeur du pays.  Les sénégalais ont le sens politique, ils n’ont pas attendu qu’un ministre de l’ancien régime (terminator) vienne leur expliquer la situation dans laquelle était leur pays. Et encore, le message de la fameuse source d’éveil n’arrivait pas en RDC. Il avait fallu attendre les dernières élections en novembre 2011, pour voir la diaspora congolaise dans son ensemble mener campagne auprès des familles encore au pays, et les sensibiliser en allant jusqu’aux menaces de couper les vivres( plus de western union) s’ils ne votaient pas dans le bon sens (Etienne Tshisekedi).
Au Sénégal, le peuple n’a pas attendu un mot d’ordre pour descendre dans la rue. Les rues de Dakar prennent feu à la moindre action contre le peuple souverain car ils n’ont pas besoin d’attendre le message d’un messie.

Après l’échec des élections « démocratique » en Cote d’Ivoire et en République Démocratique du Congo, toutes les caméras sont braquées sur le Sénégal et les prochaines élections du 26 février 2012. Aux Sénégalais de se battre et faire respecter la volonté du peuple. Aux autres africains de s’en inspirer, pour que les politiques ne se sentent plus jamais investi d’une mission « de » sauveur de la nation.

Roger Musandji

Tagged with: , , , , , , , , , ,
Publié dans Afrique, Articles, News
One comment on “L’exemple viendra t-il du Sénégal ?
  1. samba tantu dit :

    Oui ok mais les enjeux ne sont pas tt a fais les mmes ! on a affaire au sénégal à un pays francophone membre de la cedeao ou les grandes institutions sont implantés depuis fort longtemps et qu’il ne faut pas oublié la ou il ya aujourd’hui 4000 belges au congo, on a pres de 20000 français à dakar et que si ça dégenere la france comme elle l’a fait en cote d’ivoire serait en 1ere ligne pour intervenir et vu les difficultés du au climat social,à la crise economique en europe,aux elections à venir et au cout deja elevé de ses interventions en afghanistan,en lybie,en cote d’ivoire et peut etre demain en syrie la machine de guerre est en surchauffe ! le congo à la différence du sénégal c 4 fois la france,70 millions d’habitants,450 ethnie,une crise qui dure depuis 20 ans avec deja 7 millions de morts et des enjeux geostrategique infinément plus complexe ! ou vous avez raison c que les sénégalais ont une maturité politique aussi parce que il y a une culture politique et democratique ancré depuis des decennies et si vous dites que les congolais se sont eveillés en 2011( ce qui est vrai pour la diaspora non concientisé) il ya au pays et dans certains milieux de congolais de l’etranger une culture et un eveil politique depuis fort lontemps aussi.honoré ngbanda (terminator) que vous citez à peut etre pris le parti de concientisez certains congolais mais les gens ne doivent pas oubliez qui est cet homme et quel est son parcours sous le regne de mobutu,ceux qui ne le savent pas sont la jeune diaspora recement conscientisez qui a grandis ici en france et qui méconnaisse l’histoire de leur pays ! ou la communauté iternationale condamne,met en garde et somme wade de se retirer on voit cette mme communauté agir à reculons au congo avec des hésitations,la peur de voir ce pays leur echapper,accepter à moitié que les elections ne se sont pas bien dérouler et malgré tt laisser kabila preter serment et mater les contestataires dans les rues de kinshasa. donc oui il ya des similitudes dans ce qui se passe,oui il ya un eveil des peuples africains,oui les sénégalais se prennent en main et ne sont ps teléguider mais non les enjeux ne sont pas les mmes pour ses 2 pays car malheureusement pour nous nous on a des richesses que ses grandes puissances nous envient.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories
Calendrier
février 2012
L M M J V S D
« Jan   Mar »
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829  
Archives

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 80 autres abonnés

Viadeo
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Roger Musandji et plus de 35 millions de professionnels
%d blogueurs aiment cette page :