RD Congo, la dérive d’un paquebot…sans capitaine?

Le palais de la nation, Kinshasa

Vous aurez sans doute remarqué que depuis la prestation de serment le 20 décembre dernier, le président Kabila ainsi récemment désigné par la Cour Suprême de Justice(CSJ) n’a plus fait de sortie médiatique. Même les principales chaînes de télévision nationales toutes acquises à sa cause, friandes de propagande et du culte de la personnalité ne diffusent aucune image le concernant. On en parle, on le cite, mais le fait est là, le président reste invisible et surtout inaudible, laissant place à des rumeurs aussi farfelues les unes que les autres. Cet absence au sommet de l’Etat pourrait passer inaperçue dans un pays normal. Après tout comme l’affirme des membres de son parti, il a le droit de prendre des vacances et espérer un peu de tranquillité après des élections présidentielles chahutées et des législatives qui n’en finissent pas de faire parler de ses irrégularités et fraudes jour après jour. Mais nous sommes au Congo dit “démocratique” et pour le moins que l’on puisse dire, il ne s’y passe rien de normal depuis près de trois mois. La crise politique et économique est telle que le bateau risque de chavirer au premier soubresaut du fleuve.

Le président

Au premier plan, la présidence est elle-même contestée par celui qui a été déclaré par la CSJ perdant de ces élections. Tshisekedi wa Mulumba ne se lasse pas de défier semaine après semaine le pouvoir établi. Sa dernière sortie médiatique du 20 janvier où il déclare aisément qu’il veut se rendre au Palais de la Nation pour y prendre ses fonctions et commencer à travailler montre à quel point le trône paraît rester vide. Occuper le terrain médiatique pendant une période aussi critique est un signe qu’il n’y a vraisemblablement personne aux commandes de l’Etat. Sachant très bien que l’opposant historique n’a quasi aucun moyen de se mouvoir vu l’imposant service de sécurité qui entoure son quartier, cette communication politique vise à démontrer à la population et à l’étranger que le pays n’a plus de chef. On pourrait ne pas le prendre au sérieux, on y est habitué désormais, mais quel impact aurait eu cette annonce si elle avait été faite par un militaire gradé?

Le premier ministre

Le pire c’est que l’intérim n’est pas assuré. Empêtré dans une crise électorale dont on ne voit pas encore le bout du tunnel, tous les corps de la république sont en “stand-by”. Le premier ministre et chef du gouvernement, bien que réélu dans sa circonscription de Kikwit, est déjà et nul n’en doute sur le premier des sièges éjectables. N’ayant conclu aucun accord pré-électoral et lassé d’une cohabitation forcée mais tout aussi inefficace durant la dernière législature, le parti présidentiel(PPRD) a juré de s’en débarrasser. Les résultats du Parti Lumumbiste Unifié(PALU) au législatives étant de loin inférieurs à ceux du PPRD, on est en droit de penser que le premier ministre Muzito doit passer son temps à faire ses cartons et préparer son pot de départ. Le dernier conseil des ministres dont l’objet principal était la sécurité des dignitaires de l’Etat à l’étranger suite à l’agression de Kengo Wa Dondo a eu lieu le 2 janvier 2012 et depuis lors, les ministres sont livrés à eux-mêmes. En démontre, la cacophonie spectaculaire survenue suite à l’introduction maladroite de la taxe sur la valeur ajoutée(TVA) en remplacement de l’impôt sur le chiffre d’affaire(ICA) par le ministère des finances. Une réforme importante certes, mais tellement mal coordonnée que les ministères et offices gouvernementaux concernés ont fait tour à tour étalage de leur amateurisme. A noter qu’aucun budget 2012 n’a encore été voté, ce qui ne laisse pas beaucoup de latitudes au ministères pour entreprendre quoi que ce soit.

Le parlement

L’autre organe gouvernemental qu’est le parlement est lui officiellement en congé depuis les élections du 28 novembre 2011 qui doivent renouveler son assemblée. Son président Boshab(réélu à Mweka) qui est aussi le secrétaire général du PPRD s’est vu propulser représentant du président absent dans les manifestations publiques et les réunions au sommet. On en parle désormais comme l’architecte de la “stratégie” électorale victorieuse du PPRD et surtout comme du futur probable premier ministre de Kabila. Mais bien qu’il apparaît comme étant au four et au moulin, il n’a pour l’instant aucunement fait part de ses impressions à propos du chaos ambiant que ce soit sur l’introduction calamiteuse de la TVA, la flambée des prix, les fonctionnaires impayés, la reprise des conflits à l’est, les déboires de la CENI sur les législatives, les dégâts dus aux pluies diluviennes et torrentielles etc. Bref, il est là, porte le chapeau du président, mais ne préside pas.

L’armée

Tout ce vide devrait normalement offrir un cadre idéal pour tout militaire aventurier aspirant au pouvoir. L’Afrique si bien connue pour sa propension aux coups d’états n’en demanderait pas moins. Mais hélas ou heureusement, même à ce niveau, il n’y a personne. L’armée bien qu’ayant un chef d’Etat-major n’a plus aucun pouvoir et est encore plus inaudible que les autres corps régaliens. Son échec dans sa mission à sécuriser les provinces de l’est face aux attaques incessantes des rebelles rwandais ou ougandais à montré les limites d’un corps en pleine déliquescence. Impayés, désordonnés et presque toujours en formation par “des pays amis”, les soldats de la république ont sûrement autre chose à faire que de s’immiscer dans une course au pouvoir dont ils n’en connaissent pas suffisamment les règles.

Le peuple

En somme, la population congolaise se retrouve toute seule depuis quelques semaines. On lui a dit qu’un chef avait été élu mais personne ne le voit faire son travail. On lui a promis des députés mais ceux-ci se retrouvent piégés dans un processus initié par la CENI dont tout le monde en rejette la crédibilité. Elle pensait avoir une armée pour la défendre et se rend compte qu’elle n’est efficace que pour arrêter ou interdire les réunions de l’opposition. Quant à la classe politique, elle semble tellement déboussolée qu’elle ne maîtrise plus rien. Dans un tel contexte, il est normal même si absurde de voir un des leaders de l’opposition diffuser à qui veut l’entendre qu’il compte former son gouvernement dans les jours à venir. L’exercice bien que comique mais tout aussi dangereux nous rappelle une chose; tout comme la nature, la politique a horreur du vide. Et si dans un champs, on peut facilement arracher les herbes folles, en politique et dans le cas du Congo, c’est la vie de plus de 60 millions de personnes qui est mise en balance.

Mwana Yakala

Tagged with: , , , , , , , , , , , , ,
Publié dans Articles, Politique, RDCongo
5 comments on “RD Congo, la dérive d’un paquebot…sans capitaine?
  1. BOLAN dit :

    Kanambe Hippo alias kabila n’est pas à la hauteur de diriger le CONGO qu’il retourne conduire son taxi. Alors qui a gagné à l’élection présidentielle? Ya Tshis ou Jo le taxi.Si l’armée eta police pouvaient se ranger derrière papa TSHIS le CONGO se mettrait petit-à-petit sur le rail.

    Ko wela kibokonzi na ko zala mokonzi e keseni.

  2. Popaul MUSASA dit :

    L’analyse n’est pas denuee de fondement!Mais seule l’avenir,nous dira ce qu’il y a exactement dans RDC

  3. christophe litoke dit :

    nous n’avons plus une armee organisee et unifiee au congo, mais plutot des groupes armees eparpillees dans la rep. dem. du congo ayant chacun des chefs de guerre sans moyens financier et logistique reel, chaqu’un cherchant a sauvegarder sa parcelle ou son fief de commandement…
    nous manquons d’un unificateur charismatique dans notre armee, qui puisse convaincre les bailleurs de fond de liberer des moyens financier pour consolider une logistique pouvant motiver les hommes en armes ou les chefs de guerre de s’unifier en une unite de commandement pour liberer en un mouvement le pays de ces mercennaires et de ces criminells, en commencant par la tete.

  4. kanambe dit :

    Le petit schizophrene delire dans un asile quelque part.Aucune solution ne viendra de l’armee.Le peuple congolais doit accepter d’affronter la mort s’elle veut se liberer.Il faut cesser d’avoir peur.Un million des gens motives dans la rue suffisent pour arreter kanambe et le juger.Ca ne sert a rien de pretendre que nous soutenons le President Etienne TSHISEKEDI lorsque nous restons a la maison quand lui se fait tirer dessus pour nous.

  5. […] Curtis Minar, 28 ans, diplômé d’un BTS en prison pour le Congo (par Roger Musandji) 2. RD Congo, la dérive d’un paquebot…sans capitaine? (par Mwana Yakala) 3. Réponse à l’article de Mr Roger Bongos, “Honoré Ngbanda, […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories
Calendrier
janvier 2012
L M M J V S D
« Déc   Fév »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  
Archives

Entrer votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par courriel.

Rejoignez 80 autres abonnés

Viadeo
Rejoignez Viadeo, le réseau social professionnel choisi par Roger Musandji et plus de 35 millions de professionnels
%d blogueurs aiment cette page :